INSOLITE ET RARE

VILLA DE RÊVE A SAINT TROPEZ A 200 mètres de la mer sur un parc boisé sans vis à vis et vue sur mer de 1.2 Hectares

Propriété de 11 000 m2 protégée, au calme, où seule la culture se donne le droit de pénétrer… Cette propriété propose deux maisons avec chacune sa propre piscine, l’une de 500 m2 SHON et l’autre de 280 m2, considérée comme l’espace des amis.

Ces deux espaces de réception sont liés par un long ruban de pavés antiques proposant une longue promenade accompagnée d’oliviers traités en touffes, ou arbres d’alignement. Cela pose dès l’entrée l’univers à découvrir associant dans les moindres détails l’ancien avec le nouveau dans un détournement perpétuel du fond et de la forme, de la matière ancienne en modernité et du détournement de la végétation même par un traitement le rendant nouveau.

Tous les détails sont traités afin de cultiver l’unicité d’un tel produit.

Dès l’entrée, on comprend que ces deux maisons sont uniques et s’imposent comme deux vaisseaux s’adossant sur une topographie s’ouvrant au Sud. L’architecture vient se glisser dans un paysage existant et riche, composé de pins parasols et d’une oliveraie accompagnant différentes restanques.
Ce cordon minéral et végétal une fois savouré, nous retrouvons des ambiances végétatives différentes qui accompagnent la forte présence d’une architecture associant les notions de vide et de plein, pierre traditionnelle, blancheur pure de la modernité et de son enduit, et, transparence de larges vitrages offrant le côté aléatoire de l’espace végétatif naturel: la forêt.

Au détour d’un espace le visiteur passe d’une ambiance aride faite de cactus, de galets, avec une tonalité de couleurs proposée par le verre concassé poli inspiré des déserts américains vers une ambiance humide des patios fournis en fougères tropicales.

Tout est ici détourné afin d’enlever au végétal et à l’architecture son côté traditionnel.

Il s’agit de soigner le décalage.

Les séquences d’entrée associent les mêmes éléments que sont l’eau, la végétation et la pierre dans un univers zen. Le visiteur à l’aide de ces artifices y est dirigé vers la transparence et la vue lointaine vers le paysage et la mer, comme la vue de proximité sur la promenade architecturale emmenant vers la diffusion du programme. Le regard du visiteur reste toujours en activité.

A la nuit tombée, la lumière naturelle est remplacée par 250 points lumineux mettant en scène l’architecture, l’eau, la topographie et les ambiances paysagères.

De l’intérieur, le même travail est repéré. Il ne s’agit pas de deux simples maisons mais d’une muséographie cinématographique où le visiteur se trouve embarqué et reste en haleine. Tout pousse au mouvement. L’Œil du visiteur reste en permanence étonnement surpris par un évènement toujours différent et rythmant sa promenade architecturale (rampe, escalier rapide, escalier lent, double hauteur, éclairage zénithal, cadrage d’une baie verticale, cadrage d’une ouverture horizontale). Le patio suggère dans ce déplacement, l’arrêt…Véritable havre de paix et de tranquillité, de calme et de repos. Au sein même des vitrages et des châssis, la communion poétique entre le construit et la nature est marquée grâce aux dessins des châssis reprenant le dessin aléatoire des troncs formant une épaisseur ou un entre-deux clair obscur.

L’eau, élément naturel indispensable, est utilisé afin d’étirer et de faire glisser l’intérieur vers l’extérieur. Cet événement supplémentaire accompagne l’architecture dans une quête poétique de celle-ci, grâce à de nombreux bassins, mûr d’eau et de piscines. Le tout s’inscrivant systématiquement  dans une recherche de quiétude zen.

La domotique reste une modernité partie prenante de ce projet et offre une flexibilité simple dans la pratique et l’évolution de ces deux maisons.
Toute cette étude détaillée et de précision cultive l’unicité d’un tel produit.

DOSSIER PHOTOS ET VIDEO SUR DEMANDE

 

DIAGNOSTICS IMMOBILIERS
DPE :
N.C
GES : N.C